Archive | ARTS & CO RSS feed for this section

Interlude // Meilleurs Voeux 2011… (c) Hélène Pambrun.

9 Jan
Publicités

Jasmine : « Je crée des bijoux gourmands. »

9 Jan
Qui êtes-vous, en quelques mots ?
Jasmine, 23 ans (bientôt 24, aïe), un peu coréenne, gersoise, toulousaine, barcelonaise et maintenant parisienne.
Je travaille dans la gestion de projets et parallèlement un peu créatrice de bijoux.



De quoi / de qui êtes-vous un(e) passionné(e) ?
Je suis passionnée de beaucoup de choses, en premier lieu la création de bijoux (de vêtements et +), ainsi que le web.

Quels sont les mots-clés liés à cette passion ? 
Bijoux, gourmandise, fantaisie, romantique.

Quand vous êtes-vous intéressé à cette passion / comment l’avez-vous découverte ?
Je me suis intéressée à la création de bijoux il y a trois ans environ lorsque j’ai dû trouver un cadeau spécial pour les 20 ans de ma meilleure amie. J’ai fini par lui faire un bracelet. C’est seulement il y a un peu plus d’un an que j’ai décidé de m’y consacrer plus sérieusement.

pratiquez-vous, vivez-vous cette passion ?
La création de bijoux est très pratique mais un peu encombrante. Je peux la pratiquer n’importe où du moment que j’ai tout mon matériel avec moi.

Quel est le principal avantage lié à cette passion ?
Je me fais vraiment plaisir quand j’imagine et que je crée des modèles, et j’aime d’autant plus partager cette passion.

Quel en est le principal inconvénient ?
Cela me prend un temps fou (les pièces sont uniques et très détaillées), ce qui en résulte une production peu quantitative mais qualitative. Il s’agit plutôt de fabrication à la demande.

Combien de temps consacrez-vous à cette passion ?
Cela dépend des semaines, selon que j’ai un emploi du temps chargé ou pas, ainsi que des commandes. Il y a des périodes où je ne fais que ça et d’autres où je me consacre à d’autres passions, comme la couture :)

Partagez-vous cette passion ? (Si oui, avec qui) –
Je la partage avec mes proches, notamment ma meilleure amie et ma mère qui me soutiennent énormément.

Vivez-vous de cette passion ?
Non, mais un jour j’aimerais bien :)

Parmi la liste de synonymes qui suit, quel est celui qui définit le mieux votre passion ? (affection, intérêt, vocation, fascination, amour, engouement, admiration, adoration, adulation, bouillonnement, culte, entichement, exaltation, fanatisme, flamme, idolâtrie.) –
Émerveillement ? oui je sais, ce n’est pas dans la liste.

Un dernier mot ? –
Merci beaucoup à tous d’avoir pris le temps de me lire.
Pour ceux qui seraient intéressés, je pense donner des cours de création de bijoux gourmands chez moi, avec thé et petits gâteaux.

Plus d’infos : (site internet, autres ?) –

http://bijouxgourmands.blogspot.com/
contact : yummy.jewelry@gmail.com

Merci Jasmine !


Bradley Trevor Greive : « I am an explorer, I am a poet. »

9 Jan

[traduction en Français à venir]

– – –

Who are you, in few words ?
I am Bradley Trevor Greive : I am an explorer, I am a poet, I am a cave bear.

 


What is your passion ?
Words, wildlife, and wild places.

Can you give me some key-words about this passion ?
Passion is equal parts joy and fury.

When & how did you discover this passion ?
I fell in love with nature and language when I was a small boy, and I have never grown up.

Where do you live / practice this passion ?
I live on the untamed island of Tasmania, but I live out my passion all over the world (I am writing this from the Cloud Forest of Costa Rica), and since I completed Cosmonaut Training in Russia in 2004, one day I will follow my passion to the stars.

What is the main advantage of this passion ?
There are great books in the city, and wondrous beasts in the jungle – My passion is everywhere all the time.

What is the main disadvantage / drawback ?
It is dangerous and sometimes painful. I have had 17 surgeries for serious injuries. I have enjoyed a wonderful life adventure, and I have the X-Ray pictures to prove it!

How much time do you devote to your passion ?
It is my life. Awake or asleep, my life is a passionate dream.

Can you tell me your best memory or any anecdote about this passion ?
During one of my wildlife conservation projects I once had my nose bitten by a curious baby Bongo antelope. It brought tears of joy and pain to my eyes and I thought, « What a wonderful time to be me » !

Do you share this passion ? (with someone / people ?)
Yes, of course ! As a writer and artist it is my responsibility to take the best of myself and share it with as many people as possible. So far I have sold more than 20,000,000 books, which tells me the world is hungry for that which I hunger for.

Do you practice your passion for a living ?
Yes, I am very lucky. I do not have a real job.

Can you please choose one of these words to define your passion ? (ardour, fondness, desire, keenness, infatuation, itch, attachment, love?)
The word I would choose is Obsession, but in this case I will choose Ardour – Because sometimes I feel as if my heart is actually on fire.

Have you got a last word or a last thing to say about it ?
My message to all the young aspiring authors who are reading this interview is to go and live a life worth writing about.

More information : (website ?)
www.btgstudios.com

 

Thanks / Merci, BTG !
Note : J’ai découvert l’univers de Bradley le jour où ma maman m’a offert : « Le Petit Livre Bleu pour jours de blues ». Retrouvez ce best-seller ici et n’hésitez pas à vous le procurer pour retrouver le sourire ( disponible sur Amazon. )

 

Mohamed : « J’écris des parodies… à la sauce du bled. »

17 Déc
Qui êtes-vous, en quelques mots ?
Mohamed KETFI, 26ans, comédien réalisateur autodidacte, originaire de Lyon.
Pour les débuts, voici un petit copié/collé d’un article de journal… :
 » Mohamed Ketfi crée actuellement le buzz sur Internet, où il a publié près de quatre-vingts vidéos en deux ans. “Tektonik au commencement”, son premier sketch, a été regardé 246000 fois sur Dailymotion.  Aujourd’hui, le danseur a laissé place à Jhon Rachid, héros du “Dallas du Bled”, premier épisode d’une série de parodies. Une recette simple : des séries américaines, “à la sauce du bled”, où les personnages parlent un français plutôt soutenu… Mais derrière ce personnage se cache aussi un observateur critique partagé entre deux cultures. »


De quoi / de qui êtes-vous un(e) passionné(e) ?
Le Jeu et l’écriture.

Quels sont les mots-clés liés à cette passion ? 
Détermination, envie, objectif, vie.

Quand vous êtes-vous intéressé à cette passion / comment l’avez-vous découverte ?
Depuis que je suis tout petit, avec une cassette VHS des Inconnus. C’est le genre de passions qui font partie entièrement de vous, même sans la VHS je pense que cela aurait été pareil …

pratiquez-vous, vivez-vous cette passion ?
Partout où je vais, je filme ou j’écris.

Quel est le principal avantage lié à cette passion ?
On oublie le reste, et même quand tout le reste arrive, il parait ridicule.

Quel en est le principal inconvénient ?
On ne veut jamais arrêter.

Combien de temps consacrez-vous à cette passion ?
Je tourne toutes les semaines, et quand je ne tourne pas, j’écris.

Un souvenir / une anecdote particuliers lié à cette passion ?
Le jour où Bernard Stora, le réalisateur du film « Le 3eme jour », m’a appelé pour me dire que je jouerais l’un des rôles principaux de son film. Je me rappelle encore de l’endroit, et même comment j’étais habillé. Comprenez que c’est la première fois que je faisais un FILM, un vrai ; le rêve de mon enfance. Mais il reste beaucoup d’étapes…

Partagez-vous cette passion ? (Si oui, avec qui) –
Avec ma bande de Silverhope, d’autres vidéastes passionnés que j’ai rencontrés sur mon parcours quand j’ai commencé à « faire du bruit » sur le net.

Vivez-vous de cette passion ?
Oui, mais vraiment pas de quoi repeindre mes toilettes en Or, même en Argent ;-) … Je confirme que les débuts sont toujours financièrement très difficiles.

Parmi la liste de synonymes qui suit, quel est celui qui définit le mieux votre passion ? (affection, intérêt, vocation, fascination, amour, engouement, admiration, adoration, adulation, bouillonnement, culte, entichement, exaltation, fanatisme, flamme, idolâtrie.) –
Bouillonnement.

Un dernier mot ? –
Mektoub.

Plus d’infos : (site internet, autres ?) –

www.dallasdubled.com

Merci Mohamed !

Pascal : « Je ne suis pas un movie maker… Je suis un mood maker. »

17 Déc
Qui êtes-vous, en quelques mots ?
Mon nom est Pascal Payant. Je suis réalisateur à Montréal mais je tourne principalement à Los Angeles et en Europe.


De quoi / de qui êtes-vous un(e) passionné(e) ?
De cinéma et de musique. Les deux ont un rôle crucial dans mes œuvres. L’un ne va pas sans l’autre. On crée des espaces donc le temps s’arrête. La musique et les images nous emmènent dans des univers où toutes nos émotions s’engendrent.

Quels sont les mots-clés liés à cette passion ? 
Mélancolie, solitude, sensible, émotionnel.

Quand vous êtes-vous intéressé à cette passion / comment l’avez-vous découverte ?
J’ai passé ma jeunesse devant la T.V. à découvrir, m’évader dans des mondes. Je me fichais du sport… Alors un jour j’ai pris une camera et je suis tombé totalement en amour avec le médium quand j’ai pu découvrir un monde créé uniquement à ma vision grâce à la musique. C’est là que j’ai fait « WOW, allons dans cette direction car cela fait du sens ».

pratiquez-vous, vivez-vous cette passion ?
Je  fais rarement mes films à Montréal. Pour moi c’est un superbe endroit pour habiter mais je ne pratique pas là. Je voyage souvent à Los Angeles et c’est là que j’ai eu le plus de percée médiatique et créative. Je me suis vite entouré d’acteur, de gens passionnés et de musiciens. Je vais toujours où je peux être passionné. Je crée avec mon cœur, mes tripes, et je n’essaie pas de plaire au gens. Je le fais pour moi et si les gens aiment ça va me faire grand plaisir. Cependant, disons que mes films sont très personnels.

Quel est le principal avantage lié à cette passion ?
C’est cliché mais je dirais « s’exprimer ». Et surtout le fait de s’évader dans des endroits où la réalité ne peut nous emmener. Avec l’art on fabrique totalement chaque chemin, chaque découverte de notre esprit face à cette œuvre. Cette libération de savoir qu’on a carte blanche et qu’on peut s’aventurer sans danger dans des mondes remplis d’émotions et d’ambiance. Il ne faut jamais s’arrêter pour des raisons monétaires. Il va toujours y avoir des gens, des barrières pour nous empêcher de créer. Il faut briser ces murs et foncer sans arrêt.

Quel en est le principal inconvénient ?
Pour l’instant je dirais « l’exposure » (la publicité), travailler fort pour faire voir nos oeuvres. J’essaie par tous les moyens et cela s’améliore, mais je crois qu’on attend toujours le moment où on va faire « WOW, des milliers de gens parlent de ton film ». Pour l’instant, c’est ça mon challenge. Puis il y a le fait de toujours se dépasser, savoir si notre nouvelle oeuvre est notre meilleure, voir les erreurs qu’on a faites et aller plus loin.

Combien de temps consacrez-vous à cette passion ?
Cela va faire près de 12 ans que je me concentre sur le cinéma mais coté professionnel, bientôt 6 ans. Quand j’ai fait mon film « Black Rainbow  » ca été le point tournant pour moi. Quand j’ai gagné des prix pour « Something in the way », cela m’a vraiment motivé à aller plus loin. Enfin, cette année j’ai eu ma grosse première à L.A. pour « Love Requiem ». Près de 400 personnes, médias etc… se sont déplacés ; c’était toute une expérience. C’était très difficile de tout organiser seul, mais c’est une très belle expérience.

Un souvenir / une anecdote particuliers lié à cette passion ?
Tout arrive pour une raison, il suffit de se laisser aller avec cette vague de la vie. Je filmais Love Requiem à NYC et la scène était supposée être de nuit, très sec. Il a tombé la plus grande pluie, c’était très humide, il y avait de l’orage etc. Je devenais fou, courais partout avec les lumières, etc… Finalement la scène était géniale : grâce à ça, le film a pris une autre direction. Chaque chose est là pour élever notre but à un autre niveau. On doit juste lui faire confiance et s’adapter pour en tirer le meilleur.

Partagez-vous cette passion ? (Si oui, avec qui) –
Avec tous ceux qui prennent le temps de regarder mes films et de les savourer. Merci à tout ceux qui aiment ce que je fais et qui s’y intéressent.

Vivez-vous de cette passion ?
Non pas encore. Je travaille comme vidéographe à Montreal. C’est connexe, je ne vis pas encore de mes films.

Parmi la liste de synonymes qui suit, quel est celui qui définit le mieux votre passion ? (affection, intérêt, vocation, fascination, amour, engouement, admiration, adoration, adulation, bouillonnement, culte, entichement, exaltation, fanatisme, flamme, idolâtrie.) –
Vocation, bouillonnement, flamme, fanatisme et amour.

Un dernier mot ? –
Ne jamais s’arrêter de créer. L’art est là pour parler, vivre des émotions, nous enrichir de visuel, sonore, littérature etc… Les barrières vont toujours être là. Il faut les briser et prendre le temps de faire rêver.

Plus d’infos : (site internet, autres ?) –

www.pascalpayant.com

Merci Pascal !


Kristov : « J’adore fabriquer des chansons. »

28 Nov
Qui êtes-vous, en quelques mots ?
Je m’appelle Kristov Leroy, auteur-compositeur-interprète, et je fais de la pop.


De quoi / de qui êtes-vous un(e) passionné(e) ?
Mmmhhh… de musique ! Et plus précisément, de « songwriting ». J’adore fabriquer des chansons, des petites miniatures pop, des bouts de mélodies au départ yaourtées, sur lesquelles on pose un texte, puis des arrangements, puis que l’on enregistre et qu’on joue en concert.

Quels sont les mots-clés liés à cette passion ? 
Obsession, plaisir, frustration, respiration.

Quand vous êtes-vous intéressé à cette passion / comment l’avez-vous découverte ?
Jusqu’où faut-il remonter ? Jusqu’au générique de Goldorak chanté par Noam ? Jusqu’à celui du Muppet Show, d’Ulysse 31 ? Jusqu’à l’album « Non homologué » de Goldman ? Ou alors à ce best-of de Queen en cassette copiée ?

pratiquez-vous, vivez-vous cette passion ?
Déjà, c’est un acte assez solitaire. Au début, du moins. A savoir que moi j’ai souvent besoin de l’oreille extérieure, donc j’attache une importance fondamentale aux collaborations.
Cette passion, elle existe en moi, dans ma tête, quelquefois les mélodies y naissent (le dictaphone est alors indispensable pour ne pas oublier ces bribes de chansons), sinon je la pratique dans ma toute récente pièce à musique, ou en salle de répétition. Le must étant dans un studio ou dans une salle de concert ! ;)

Quel est le principal avantage lié à cette passion ?
Le sentiment de liberté infinie qu’elle procure.

Quel en est le principal inconvénient ?
Le sentiment d’emprisonnement infini qu’elle procure.

Combien de temps consacrez-vous à cette passion ?
Joker ! Je ne peux pas répondre… ça n’est pas comme s’il s’agissait de pêche ou de foot le dimanche matin… Mon cerveau est réceptif à la musique presque en permanence ! D’où le côté obsessionnel.

Un souvenir / une anecdote particuliers lié à cette passion ?
Les 7 ans passés dans le groupe que j’avais créé, Leave. Une aventure rock : il faudrait un bouquin entier pour tout raconter ;)

Partagez-vous cette passion ? (Si oui, avec qui) –
C’est dur de discuter de musique avec des gens qui n’en font pas, donc je dirais avec mes amis musiciens. Je salue au passage les gens qui m’accompagnent et qui m’aident beaucoup : Julien Boyé (percussionniste et batteur de talent), Clément de Witt (guitariste et chanteur de goût), Aslak Lefèvre (bassiste, homme de studio et moitié de Bonjour Afrique), Stéphane Delecourt (pianiste et arrangeur affûté), Serge Agrain (bassiste et ex-Leave), Gautier Quehen (batteur londonien et ex-Leave), Micko, mes potes Jonathan, Cédrik, The Man Who, Romain, mon groupe de reprises qui n’a pas encore de nom (mais ça ne saurait tarder ;) …

Vivez-vous de cette passion ?
Non.

Parmi la liste de synonymes qui suit, quel est celui qui définit le mieux votre passion ? (affection, intérêt, vocation, fascination, amour, engouement, admiration, adoration, adulation, bouillonnement, culte, entichement, exaltation, fanatisme, flamme, idolâtrie.) –
Flamme. En espérant qu’elle ne s’éteigne jamais, même si elle a déjà vacillé.

Un dernier mot ? –
Juste que j’ai quelques concerts de prévus (tout est sur www.myspace.com/kristovetlescommoners), et que via mon facebook (www.facebook.com/kristovleroyofficiel) on peut écouter l’évolution des maquettes de l’album sur lequel je travaille.

Plus d’infos : (site internet, autres ?) –

www.facebook.com/kristovleroyofficiel

 

Merci Kristov !

 

(Photo : François Berthier).


Lionel : « Je suis un boulimique de la vie. »

28 Nov
Qui êtes-vous, en quelques mots ?
Je suis Lionel Cecilio, un jeune comédien parisien…

De quoi / de qui êtes-vous un(e) passionné(e) ?
… passionné des arts vivants, mais je crois que je pourrais aller plus loin en disant que je suis passionné par les vivants… par la vie ! Je suis curieux de tout et de tous ; je suis un boulimique de la vie.

Quels sont les mots-clés liés à cette passion ? 
Émotion, Vibrations, Partage, Échange…

Quand vous êtes-vous intéressé à cette passion / comment l’avez-vous découverte ?
Tout petit j’étais fasciné par les acteurs, les spectacles, les lumières, les mouvements, les danseurs, et par tout ce qui pouvait provoquer des émotions dans mon petit ventre. J’adorais être exagérément heureux, ou malheureux à l’extrême, j’avais besoin de me sentir vivant. Et j’ai très rapidement pris conscience que je me sentais vivant quand j’étais en scène. Que ce soit dans le salon pour les grands parents ou sur la scène du collège pour présenter un spectacle de fin d’année… rien ne me secouait autant. Tout cela devint vite vital pour moi mais sans que je ne pus être capable de le matérialiser, de le nommer ou de l’analyser.
Plus tard la vie m’a emmené presque malgré moi à en faire mon métier ; c’est bien la preuve que c’était vital. Aujourd’hui j’ai beaucoup de chance… je suis en vie !

pratiquez-vous, vivez-vous cette passion ?
Géographiquement ?… Essentiellement à Paris mais les tournées et les tournages m’emmènent (heureusement !) à travers toute la France, et même quelques fois à travers l’Europe… C’est l’une des facettes fantastiques de ce fabuleux métier, de pouvoir voyager et d’être en perpétuel renouvellement des rencontres, avec des gens, avec des régions, avec des lieux!
Autrement, de manière plus pragmatique, je pourrais dire que j’exerce mon art un peu partout. Sur scène ! A la télévision ! Et sur les plateaux de cinéma ! Et même dans les studios puisque j’ai la chance de faire aussi de la radio et des voix off.

Quel est le principal avantage lié à cette passion ?
Les voyages dont je parlais dans la réponse précédente. Mais plus globalement je dirais que réellement le vrai grand avantage de cette passion ce sont les rencontres qu’elle nous permet de faire sans cesse… Je vis dans un changement sans fin. Aucune journée n’est jumelle d’une autre, et ça c’est extraordinaire !

Quel en est le principal inconvénient ?
Je pense que c’est le revers de la médaille du principal avantage… En ce sens que si l’on multiplie les rencontres et les voyages, cela nous empêche par ailleurs d’avoir des relations stables et durables avec les gens ; c’est un peu dur de se poser. Et puis, comme toute passion, ma passion est par définition dévorante – ce qui laisse peu de place à ceux qui m’entourent. Je suis un « overbooké chronique » et cela me fait perdre beaucoup de très jolis moments avec ceux que j’aime et c’est réellement l’un des points qui me pèse le plus.

Combien de temps consacrez-vous à cette passion ?
Tout mon temps et même celui qui n’est pas mien !

Un souvenir / une anecdote particuliers lié à cette passion ?
J’en ai mille… En mettre un en exergue, j’en suis incapable. J’ai eu la chance de jouer au Zenith de Paris devant 5000 personnes, j’ai tourné avec des acteurs qui étaient pour moi des références, j’ai échangé dans les coulisses des théâtres avec des gens qui étaient pour moi des légendes… Je garde tout ça bien rangé dans ma mémoire pour le raconter à mes petits enfants quand j’aurai 80 ans…

Partagez-vous cette passion ? (Si oui, avec qui) –
Oui, je la partage avec tout le monde ! Avec le public, avec mes partenaires de scène, avec ma famille… Avec tout le monde ! Comme je le disais, l’un des mots qui la caractérise est justement « ÉCHANGE » ; alors oui, je ne fais que ça ! Pratiquer cette passion c’est déjà être dans une démarche d’échange.

Vivez-vous de cette passion ?
Oui, j’ai cette chance ! Depuis 7 ans je vis exclusivement de ma passion.

Parmi la liste de synonymes qui suit, quel est celui qui définit le mieux votre passion ? (affection, intérêt, vocation, fascination, amour, engouement, admiration, adoration, adulation, bouillonnement, culte, entichement, exaltation, fanatisme, flamme, idolâtrie.) –
Je dirais AMOUR !

Un dernier mot ? –
Un seul ?… MERCI (de m’avoir interviewé).

Plus d’infos : (site internet, autres ?) –

Vous me retrouvez partout sur le net… Youtube, Facebook etc… mais je mets à jour très régulièrement mon site => http://www.lionel-cecilio.com/

Merci Lionel !

%d blogueurs aiment cette page :